L’ Alzheimer et l’ étude des langues étrangères

Comme le rapportent de plus en plus les articles du National Geographic, du NPR, du New York Times et d'autres sources, il y a un lien étroit entre le bilinguisme et la santé mentale, en particulier là où la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de démence sont concernés.

Des études ont démontré que les personnes qui utilisent plus d'une langue dans leur vie quotidienne voient l'apparition de la maladie d'Alzheimer jusqu'à cinq ans plus tard que leurs homologues monolingues. D'autres études ont rapporté des résultats de tests cognitifs et de mémoire de 3 à 8 fois plus élevés pour des sujets bi- ou multilingues que ceux qui parlent une seule langue. Les symptômes du déclin mental en général sont également signalés être beaucoup moins évident, l'évolution de la maladie beaucoup plus lente et le risque de développer la maladie d'Alzheimer, beaucoup plus faible. « Être bilingue, en fait, vous rend plus intelligent. Il peut avoir un effet profond sur votre cerveau, améliorant des compétences cognitives non liées à la langue et même la protection contre la démence dans la vieillesse. » (NYT)

La raison de ces découvertes est que le cerveau, en utilisant une deuxième langue, est forcé de créer de nouvelles voies neuronales ou une meilleure connectivité fonctionnelle dans la région frontale du cerveau, ce qui se traduit par une mémoire améliorée et une pensée plus complexe et rationnelle dans le cerveau où la maladie d'Alzheimer est présente. « Même si vous n'apprenez pas une deuxième langue avant l'âge moyen, il peut encore aider à écarter la démence »  a déclaré Ellen Bialystok de l'Université York. Être « bilingue est une façon de garder votre cerveau actif - c'est une partie de l'approche de la réserve cognitive à l'aptitude du cerveau et quand il s'agit d'exercer le cerveau en apprenant une autre langue, plus vous l’exercer, le mieux c’est – et chaque petit pas aide. »

Apprendre une deuxième ou une troisième langue n'est pas la seule façon de renforcer votre cerveau et d'améliorer votre mémoire et vos autres capacités cognitives, bien que les études montrent que c’est la manière la plus efficace. Mots croisés, Sudoku, jeux de mots, apprentissage d'un sport ou de toutes autres compétences nouvelles, en plus d'une saine alimentation et de l'exercice régulier, sont tous des facteurs qui peuvent vous aider à conserver l'acuité mentale plus longtemps que vous le feriez autrement.

Comme l'explique le NYT Sunday Review, « une étude récente menée par 44 psychologues bilingues –espagnols / anglais-, dirigée par la neuropsychologue Tamar Gollan de l'Université de Californie à San Diego, a révélé que les individus ayant un degré plus élevé de bilinguisme – mesuré à travers une évaluation comparative de la compétence dans chaque langue - étaient plus résistants que d'autres à l'apparition de la démence et d'autres symptômes de la maladie d'Alzheimer: plus le degré de bilinguisme était élevé, plus tard apparaissait la maladie. »

Notre suggestion? Faites un cours  d'immersion en espagnol à Intercultura, puis trouvez des moyens de toujours revenir! Pendant que vous êtes ici, vous aurez également les avantages de manger les fruits sains et délicieux disponibles ici, vous marcherez pour aller et revenir de l'école à votre famille d’accueil, chaque jour, profitant d’une source essentielle d'exercice! Vous apprendrez également de nouvelles compétences en dehors du cours de langue, comme le yoga, la danse latine, la cuisine, les arts et l'artisanat. En d'autres termes, des programmes comme ceux d’Intercultura peuvent traiter tous les facteurs de risque connus et vous aider à vous préparer à une longue vie, saine et performante!

Laura E.

Sources:

National Geographic: http://news.nationalgeographic.com/news/2011/02/100218-bilingual-brains-alzheimers-dementia-science-aging/

New York Times (NYT): http://www.nytimes.com/2012/03/18/opinion/sunday/the-benefits-of-bilingualism.html

NPR: http://www.npr.org/sections/health-shots/2013/01/10/169066535/speaking-more-than-one-language-could-prevent-alzheimers